Visite en Israël et Palestine

La situation en Israël est de nouveau très tendue suite aux échanges de tirs entre Gaza et l’armée israélienne. Cela exprime la non résolution des problèmes entre communautés et le manque de perspective qu’offrent jusqu’à présent les négociations pour la paix.

Dans un tout récent voyage en Israël et en Palestine, j’ai pu observer la situation particulière des Bédouins, dont la plupart des villages sont constamment menacés de démolition. Les Bédouins ont un sort peu enviable; leurs villages sont soit exposés à la pression des colonies dans les territoires occupés, soit « non reconnus » dans la zone du Neguev où pourtant ils sont venus après des déplacements forcés antérieurs; soit ils vivent dans des villages reconnus ou tolérés mais où aucune nouvelle implantation n’est autorisée; soit  enfin, ils sont dans des « townships », des villes où on les a placés et où leur mode de vie traditionnel est impossible à maintenir.
Dans toutes ces situations différentes, ils souffrent d’une grande précarité matérielle (menace de démolition) et aussi d’un manque des services publics élémentaires (souvent pas droit à l’eau ni à l’électricité, pas d’école ni de soins de santé dans les lieux « non reconnus »).

Même si le sort des Bédouins est souvent peu considéré, une solidarité s’installe entre eux et les Palestiniens également soumis à la pression des colonies de peuplement.
De part et d’autre, ils subissent la politique de ségrégation pratiquée par le gouvernement israélien et la main mise systématique sur les terres. Les discriminations sociales et politiques affectent leur vie de tous les jours mais aussi leurs perspectives d’avenir.
En effet, le gouvernement Netanyahou a le projet d’installer de nouvelles villes dans le Neguev, suite à la pression immobilière existant dans la région de Tel Aviv. Il ne semble pas tenir compte des droits fonciers des populations qui y vivent. La méthode est toujours autoritaire, les « résistants » sont soumis à des menaces sur leur liberté, certains sont moins citoyens que d’autres.

C’est pourquoi j’ai voulu interpeller notre Ministre des Affaires étrangères. Le gouvernement israélien n’est pas insensible aux pressions et surtout craint les sanctions économiques que l’UE pourrait déployer.

Vous pourrez constater que notre diplomatie suit en priorité les pourparlers des accords de paix et, bien que se disant attentive au problème des Bédouins, elle ne le considère pas comme prioritaire. J’ai insisté pour que l’accord de paix n’occulte pas la protection des droits de l’homme et les obligations de l’Etat d’Israël à l’égard de tous ses citoyens.

Vous trouverez la transcription de mes échanges avec le Ministre Reynders au sujet de la politique d’Israël envers les Bédouins ci-dessous :

Lire la suite »

Intervention en plénière – 12.02.2014 – Euthanasie des mineurs

Monsieur le président, mon intervention a été très strictement préparée, car ce sujet m’émeut beaucoup. J’ai beaucoup lu, à la fois des livres, des opinions diverses, des auditions intervenues au Sénat, les débats, la presse internationale et le dernier rapport de la Commission de contrôle. Mes réflexions m’ont amenée à contester le bien-fondé de la proposition qui nous est soumise aujourd’hui.

Selon ma conscience et avec le respect de mon groupe que je remercie, je voterai contre cette proposition de loi. Lire la suite »

Ecolo-Groen dépose une proposition de loi cadre sur le droit à l’alimentation…

et réaffirme par ce geste la nécessité au niveau belge d’une politique globale de l’alimentation veillant à ce que celle-ci soit suffisante, adéquate, saine et issue de processus durables. 

Le droit à l’alimentation est un droit humain fondamental reconnu et consacré dans plusieurs textes internationaux, notamment la Déclaration universelle des droits de l’Homme (article 25) et le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (article 11). Il s’impose comme une obligation contraignante pour les États qui, comme la Belgique, ont signé et ratifié ces textes internationaux.

Lire la suite »

De nouveaux indicateurs « complémentaires » au PIB. La Belgique pionnière ?

La Chambre, après le Sénat, a voté ce 23 janvier 2014 une loi complétant la loi du 21 décembre 1994 portant des dispositions sociales et diverses par une série d’indicateurs complémentaires en vue de mesurer la qualité de vie, le développement humain, le progrès social et la soutenabilité de notre économie (3234/1-4).

Cette loi charge le Bureau du Plan d’élaborer des indicateurs complémentaires au PIB « en vue de mesurer la qualité de la vie, le développement humain, le progrès social et la durabilité de notre économie.. ». Ces indicateurs seront regroupés en un « nombre aussi restreint que possible » et « seront élaborés sur base de la participation des services publics compétents et de la société civile belge… ».

Lire la suite »

Ecolo plaide pour la suspension des pourparlers sur le traité transatlantique

Les révélations concernant le traité transatlantique n’en finissent plus d’inquiéter tant ses conséquences pourraient être grandes sur notre économie, notre modèle social, nos normes environnementales et sur la société européenne en générale. Nous savions déjà, via des documents relayés le 8 octobre par le New York Times, que la défense des intérêts particuliers des industriels et banquiers européens et américains était le principal moteur des négociations autour du futur accord transatlantique de libre-échange. Mais à cela s’ajoute, le projet de création d’un tribunal arbitral commercial permettant aux multinationales d’aller en justice contre les Etats…

Stop ! Pour les Verts, il est inadmissible de voir notre modèle social et environnemental remis en cause par un traité de libre-échange avec les Etats-Unis. La Cheffe de Groupe Ecolo Muriel Gerkens demandera cet après-midi en séance plénière de la Chambre comment le Gouvernement belge compte mieux encadrer ces négociations. Ecolo demande par ailleurs également à la Belgique de plaider pour la suspension des pourparlers avec les USA.

Les documents publiés par le New York Times révélaient précisément comment, longtemps avant de recevoir en bonne et due forme un mandat des décideurs européens, les négociateurs de la Commission européenne ont fait la part belle aux revendications du big business. La Commission a ainsi, avant toute discussion démocratique, invité la fédération des entreprises européennes, BusinessEurope, et son homologue américaine, la US Chamber of Commerce, à réviser les lignes directrices qui serviront aux analyses d’impact des futures normes crées par le traité transatlantique. La Commission octroie donc au big business un privilège totalement disproportionné : le monde des affaires a eu la capacité d’orienter en amont cet accord tandis que certaines autres organisations (syndicats, associations de défense des consommateurs ou de l’environnement, etc.) seront soit exclues soit marginalisées dans ce processus. Lire la suite »

Après le vote sur le cadre éolien dans ma commune, un goût d’amertume

Bien sûr, c’était prévisible ; ma commune, comme beaucoup d’autres en Wallonie, a donné un avis défavorable au projet de cartographie éolienne mis à l’enquête publique par le gouvernement wallon. On sait qu’un accord politique se prépare pour virer les Ecolos du pouvoir, et que des lobbies pro-nucléaires n’ont pas désarmé !

C’était d’autant plus prévisible que notre Bourgmestre s’était depuis toujours opposé à l’installation d’éoliennes sur notre territoire, se disant favorable au nucléaire et estimant que la place des éoliennes est en mer, donc loin de Braine l’Alleud.

Lire la suite »