Crise alimentaire : Ecolo et Groen ! déposent une résolution à la Chambre pour mieux réguler les marchés des produits alimentaires

Il est inacceptable que d’un côté, des millions de gens ne puissent pas manger à leur faim et que de l’autre, des sociétés spéculent sur les produits alimentaires.

Il est inacceptable que la planète produise tant de céréales et qu’au lieu de nourrir les populations, elles soient détournées vers la production d’agro-carburants ou les élevages industriels. Ce modèle économique, marqué par la volatilité des prix et menacé par l’effondrement des écosystèmes productifs, ne permet pas de nourrir l’humanité.

L’indice des prix des produits alimentaires de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a atteint, pour le septième mois consécutif, son plus haut niveau depuis sa création en 1990. Les prix des grands produits alimentaires de base se sont approchés de leurs niveaux records de 2008, provoquant des troubles sociaux et politiques dans de nombreux pays.

Selon les dernières estimations de la FAO, le nombre de personnes sous-alimentées dans le monde a atteint 925 millions en 2010, et ce nombre augmentera du fait de la hausse des prix des denrées alimentaires.

Face à cette nouvelle crise alimentaire qui n’épargne pas la Belgique, le groupe Ecolo-Groen! vient de déposer à la Chambre des Représentants une résolution par laquelle il demande au Gouvernement de soutenir et d’activer, à tous les niveaux de pouvoir auxquels il participe, des mesures pour lutter contre les causes profondes de cette crise, de façon à mieux assurer la sécurité alimentaire de tous, aujourd’hui et pour l’avenir.

Dans sa résolution, le groupe Ecolo-Groen! demande au Gouvernement :

  • de défendre des objectifs de souveraineté alimentaire dans les négociations de l’OMC et au niveau européen (dans la politique agricole) ;
  • de renforcer la transparence dans la fixation des prix tout au long de la chaîne alimentaire  et d’assurer un contrôle plus strict des prix afin, notamment, de limiter les hausses et leur impact négatif sur les salaires;
  • d’inviter l’UE à appliquer des mesures de régulation rigoureuses contre la spéculation ;
  • de demander à la Commission européenne d’œuvrer à la création d’un système mondial et ciblé de réserves alimentaires régionales et locales décentralisées ;
  • de contribuer à la mise en œuvre rapide des décisions de Copenhague et de Cancún : se fixer un objectif de moins 30 % d’émissions de gaz à effet de serre pour 2020 est plus indispensable que jamais ;
  • De réviser les critères de durabilité applicables aux agrocarburants pour éviter que les terres affectées à la production de denrées alimentaires ne soient utilisées pour produire des carburants.

Par ailleurs, Ecolo et Groen !souhaitent que l’épargne et les investissements belges ne puissent pas être complices des mouvements spéculatifs sur les biens de base ni de l’appropriation des terres à grande échelle dans les pays du Sud. Ainsi, les avantages fiscaux dont bénéficient les investissements dans les fonds de pension des 2ème et 3ème piliers, ainsi que les placements réalisés par le Fonds de vieillissement, doivent être conditionnés au respect d’exigences en matière de stabilité des placements effectués, d’éthique et de développement durable.

Que ce soit ici ou ailleurs, notre devoir est d’orienter les systèmes de production alimentaire vers plus d’autonomie et vers des pratiques respectueuses du capital écologique.

Leave a comment

Your comment