Et j’entends siffler le train…

La mobilité en BW : aussi un enjeu fédéral !

Les transports ont vu leurs émissions de gaz à effet de serre augmenter de 20 à 25 % ces 15 dernières années. Notre vitesse moyenne sur route diminue en Brabant wallon, à cause des embouteillages. Les gouvernements, à tous les étages, doivent favoriser massivement les transports publics, économes en espace et en énergie. Le train est un mode de déplacement peu polluant et très efficace s’il est bien organisé. Il peut répondre aux besoins des travailleurs, des écoliers, des retraités, etc… qui se déplacent sur les axes vers et de Bruxelles. Tout le monde rêve de trains fréquents, ponctuels, confortables et de gares accueillantes et accessibles.

L’Etat fédéral est compétent pour le contrat de gestion de la SNCB. Les investissements ferroviaires (avec la clé de répartition 60/40 Flandre/Wallonie), les objectifs de performance et de qualité que la SNCB doit respecter, sont de sa responsabilité.

En Brabant wallon, tous les gros investissements sont aspirés dans le RER. Certes, le RER va améliorer les liaisons sur les axes vers Bruxelles et permettre aux trains IC de ne plus être retardés. Mais, ces travaux très lourds, qui vont durer encore près de 10 ans, ne peuvent pas être le prétexte à laisser les voyageurs aujourd’hui dans l’inconfort et l’imprévisibilité. Ecolo-Groen !, nous voulons que la SNCB déploie une offre suffisante, ponctuelle et confortable à court terme. Elle dispose de nouvelles voitures M6 à 2 étages, les trains doivent être plus longs aux heures de pointe ; chacun doit y trouver une place assise ; les horaires doivent permettre la ponctualité dans une fréquence correcte.

Les gares doivent garder des guichets ouverts, du personnel, offrir un abri contre les intempéries et être accessibles aux personnes à mobilité réduite (PMR). Ainsi, il est inacceptable que la gare d’Ottignies, la plus fréquentée de Wallonie, ne dispose d’aucun accès aux voies pour les PMR ; en plus les quais sont vétustes et mouillés.

La fermeture de petites gares, c’est une politique à rebours du progrès. Au contraire, la gare doit devenir un lieu de convivialité et de sécurité, et donc rester ouverte le plus longtemps possible.

Nous souhaitons aussi que les lignes et les gares, non concernées par le RER, (comme les lignes Bruxelles-Mons et Ottignies-Charleroi ou Ottignies-Louvain), ne soient pas oubliées et bénéficient aussi d’améliorations de confort et de fréquences, telles que demandées ci-dessus.

Enfin, il s’agit de permettre aux habitants du Brabant wallon d’accéder facilement aux gares ; cela suppose l’aménagement de parkings mais aussi la création de voies lentes sécurisées pour les riverains proches et des navettes de bus de rabattage. Certaines communes ont commencé, c’est à généraliser dans l’intérêt de notre qualité de vie à tous.

Nos parlementaires porteront ces exigences vis-à-vis de la SNCB et du Ministre des entreprises publiques.

Et j’entends siffler le train…

Leave a comment

Your comment