Survol de Bruxelles et du BW: Dépôt d’une motion contre Schouppe

Ce mercredi 24 septembre à la Chambre, mes collègues et moi-même interpellions Etienne Schouppe sur ses intentions, en tant que secrétaire d’Etat à la Mobilité, concernant la gestion des nuisances générées par l’aéroport de Zaventem. Il s’agissait surtout de lui demander des explications et précisions quant à ses récentes déclarations dans la presse, qui présagent d’une sérieuse dégradation de qualité de vie et de sécurité pour les habitants du Brabant wallon et de certaines communes bruxelloises.

J’émets toujours de sérieux doutes sur la solution envisagée par M. Schouppe dans ce dossier : c’est-à-dire l’application systématique d’une norme de 5 nœuds de vent arrière pour toutes les pistes, rafales incluses, nuit et jour. Cette norme pourrait s’avérer au contraire négative pour la sécurité car elle renforcerait l’utilisation de la piste 02/20 (actuellement soumise à une norme de 0 nœud de jour) et provoquerait une augmentation des survols de Bruxelles sur des communes densément peuplées. Je m’interroge également sur la pertinence de la méthode de travail retenue par M. Schouppe, qui joue cavalier seul au lieu de préférer la concertation avec ses partenaires régionaux, et même gouvernementaux…

Pour ces raisons, en tant qu’élue du Brabant wallon et avec Zoé Genot, élue bruxelloise, nous avons déposé une motion de recommandation au gouvernement. Celle-ci demande au gouvernement qu’à l’avenir tout projet d’organisation des vols au départ et vers l’aéroport national fasse l’objet préalablement d’une évaluation environnementale en ce qui concerne la pollution sonore et atmosphérique, et d’une estimation sur la base des statistiques de vent, de la fréquence d’utilisation des différentes pistes et des modalités de survol des zones entourant l’aéroport, en ce compris la Région bruxelloise et le Brabant wallon. Et que cette évaluation et cette estimation soient présentées et discutées, préalablement à toute décision, en commission de l’Infrastructure de la Chambre.

Thérèse Snoy

Comments (2)

Bero Marie-Claireseptembre 30th, 2008 at 12:31

Une fois de plus, il est question de demander des explications au ministre de la mobilité à propos des survols d’avions. Cela à cause de ses récentes déclarations dans la presse qui présageraient d’une dégradation de qualité de vie et de sécurité pour les habitants du Brabant Wallon.
Ce dossier devient de plus en plus ridicule car la vie en Brabant Wallon est déjà dégradée depuis le plan dit « Anciaux ». L’interpellation n’est une fois de plus qu’un vide bla bla.
En effet, au temps de la SABENA, les vols étaient bien plus nombreux et n’occasionnaient pas de nuisance. Maintenant sous couvert d’une augmentation de vols (ce qui voudrait dire autant que du temps de la SABENA) il faut nuire à plus d’une centaines de milliers de personnes. De qui se moque-t-on ?
Pour rappel, le Brabant Wallon n’est pas riverain de l’aéroport. De ce fait même, il n’est absolument pas acceptable de faire passer des avions dans son espace aérien.
Le Brabant Wallon se situe à plus de vingt kilomètres de l’aéroport et les avions passent si bas qu’on le croirait à moins de cinq kilomètres. Assez !
Les politiciens francophones manquent de conviction, jusqu’à même de la fermeté. Ils ne prennent aucunement à cœur, depuis tant d’années, la santé des centaines de milliers de personnes qui sont des victimes des nuisances de l’entreprise commerciale privée qu’est l’aéroport de Zaventem. Pourquoi cette entreprise est-elle protégée et pourquoi les victimes de ses nuisances sont-elles des sans droits ?
Il faut exiger d’en revenir aux routes et normes de vent du temps de la SABENA et la piste 02/20 redevenant ce qu’elle est réellement : une piste de secours.
S’il est bien, Madame Snoy, de vous interroger à tous ces propos, il faudrait peut-être maintenant être persuadée du fait des associations qui se tiennent certainement à votre disposition et qui peuvent vous donner des preuves vous permettant de ne plus vous interroger sur ce dossier mais d’être convaincue de la justesse des plaintes.
Il serait plus que temps de montrer que les Parlements Bruxellois et de la Wallonie, ont du poids devant le Parlement flamand et de son expansionnisme illégal de diriger les nuisances des survols au-dessus des personnes qui n’ont pas à être concernées par cet aéroport.
Permettre le moindre survol ne serait qu’un accord envers l’ultra libéralisme du tout à l’économie. Notre santé n’est pas négociable.
Veuillez accepter, Madame, mes sentiments distingués.
Marie-Claire Bero – Rue du Roussart 138 – 1410 Waterloo.

thereseoctobre 7th, 2008 at 10:21

Chère Madame,

Je suis tout à fait convaincue qu’il est inacceptable que les avions survolent le Brabant wallon à basse altitude, alors qu’il y a moyen d’organiser que la grande majorité des vols soient orientés vers des zones non habitées proches de l’aéroport et montent plus rapidement ou descendent plus tardivement. C’est pourquoi Ecolo s’oppose au plan Anciaux depuis qu’il existe et demande une reconcentration des vols et une utilisation seulement marginale de la piste 02/20.

Mon interpellation visait à faire pression dans ce sens. Elle était inspirée par des associations du Brabant wallon qui m’avaient fait part de leurs problèmes et propositions.

Je crois qu’elle participe à la résistance qu’opposent beaucoup de francophones à la politique aéroportuaire acutellement dominée par des intérêts flamands.

Cependant j’attire votre attention sur le fait que les Ecologistes sont surtout soucieux, non pas de renvoyer les problèmes aux autres régions, mais de trouver une solution globale à ces problèmes de survol , en interdiant les vols de nuit, en imposant des normes de bruit plus strictes aux appareils, et en remplaçant l’avion par le train pour les voyages de moins de 800 kms.

J’espère vous avoir convaincue de ma bonne foi et reste à votre écoute.

Leave a comment

Your comment