Au Parlement, on travaille ?

Quoi ? Il se passe quelque chose au Parlement ? Avant d’avoir votre gouvernement provisoire sous le sapin, vous étiez en vacances, non ?

C’était parfois les remarques goguenardes que je subissais ces dernières semaines.

En fait au Parlement, on s’est mis au boulot depuis plusieurs mois, les Commissions se réunissent et font leur travail de contrôle du gouvernement (en affaires courantes, mais néanmoins devant répondre de ses actes et décisions), et d’élaboration et de discussion des (futures) lois.

Les travail des écologistes se distingue d’abord par le fait qu’il est commun : élus francophones et flamands constituent un groupe « Ecolo-Groen ! », et le travail comme les compétences sont partagées, très intensément. C’est vraiment très enrichissant car nous pouvons mutuellement nous inspirer des analyses, des propositions et des innovations issues de nos réseaux respectifs. Nous ne sommes pas toujours d’accord au départ, mais nous discutons et adaptons nos propositions respectives, pour rester cohérents et en phase avec les opinions publiques respectives. Jusqu’à présent, çà roule, je trouve même que l’énergie dégagée est vraiment positive !

Climat, droits de l’enfant, santé, solidarité !

Malgré la focalisation des medias sur les problèmes communautaires, notre groupe a voulu garder à l’agenda les grands problèmes tout autant planétaires que locaux, que sont la lutte contre le réchauffement climatique et le prix de l’énergie et des matières premières. Nous avons déposé une proposition de résolution pour que la Belgique joue un rôle dynamique à la conférence de Bali sur le climat, soutiennent des objectifs ambitieux pour l’Union européenne et surtout saisisse l’occasion de cette conférence internationale pour se fixer chez nous un programme de réduction des gaz à effet de serre qui soit à la hauteur du défi. Malheureusement, avant Bali, les partis de l’Orange bleue se sont refusés à prendre quoique ce soit comme engagement au niveau belge. Il faut dire que les premières « notes Leterme » étaient très peu ambitieuses en matière de développement durable.

Nous avons aussi déposé une proposition de loi pour ré-habiliter le gouvernement dans son rôle de régulation des prix du gaz et de l’électricité. Depuis cette dernière législature, l’organe de régulation avait été dépossédé de ses capacités de régulation ; Pour nous, le gouvernement doit pouvoir protéger les consommateurs contre des augmentations excessives et aussi faire appliquer une tarification qui stimule les économies d’énergie, pénalise les gros consommateurs, tout en préservant l’accès au minimum pour les plus défavorisés.

Nos députés et sénateurs se sont aussi mobilisés pour contester sans relâche l’enfermement des enfants dans les centres fermés. Plusieurs actions ont été faites pour essayer de permettre aux enfants de sortir des centres, mais le Ministre de l’Intérieur est inflexible, et la police des Etrangers fait du zèle pour expulser de plus en plus d’illégaux.

Enfin, les questions de santé publique ont fait l’objet de plusieurs auditions à la commission du même nom, présidée par Murielle Gerkens. Des cancérologues sont venus défendre une approche nationale de prévention et de traitement du cancer. Le plan nutrition santé nous a été présenté, ainsi que le plan « santé-environnement » et le plan fédéral pour la réduction des pesticides. Ces présentations nous ont montré les failles d’une politique de la santé trop peu préventive, et qui induit un coût élevé pour les finances de l’Etat.

En ce qui me concerne, j’ai déposé une proposition de résolution visant à prendre une série de mesures pour diminuer notre exposition aux pollutions électro-magnétiques. Dans ce domaine comme dans d’autres, il est flagrant de constater que la logique commerciale passe avant le principe de précaution, et que le gouvernement tarde à prendre ses responsabilités pour informer et protéger la santé de nos enfants, de nos jeunes et de chacun d’entre nous.

Je suis plus que jamais convaincue que le « politique » doit renforcer son rôle pour mieux protéger les plus faibles et les plus exposés, face à une logique économique sans pitié. Puissions nous trouver au sein du Parlement suffisamment d’alliances pour faire progresser cette nécessité !!

 

Leave a comment

Your comment